Exemple de la démarche de soins

Une autre étude sur les soins centrés sur la personne a montré qu`il réduisait significativement le nombre de personnes atteintes de démence nécessitant un traitement hospitalier ou des médicaments antipsychotiques – qui peuvent être le résultat d`un comportement agressif. Au niveau organisationnel, ces méthodes sont plutôt conçues comme des modalités d`apprentissage pour les équipes, le Comité d`éthique ou la formation. Commandez votre exemplaire gratuit dès aujourd`hui, et découvrez des centaines de produits et de cadeaux qui changent la vie, au bout de vos doigts. Les questions éthiques sont plus larges et aussi bien plus enracinées dans la vie quotidienne que les urgences médico-éthiques. L`approche centrée sur la personne à la démence a été élaborée pour mettre fin à cette situation et pour s`assurer que la personne vivant avec la démence demeure l`objet-non la maladie-et qu`ils sont toujours traités avec respect, et en tant qu`individus uniques. À la fin de la journée, les soins holistiques ne sont même pas sur le nombre d`actions globales que vous avez effectuées. Alors que le diagnostic d`une maladie maligne comme le cancer peut entraîner une période relativement courte de déclin qui peut commencer et se terminer en soins aigus, pour ceux qui vivent avec des maladies limitant la vie comme la démence, la progression de la maladie est progressive et irréversible. Par exemple, une personne atteinte de diabète peut voir un endocrinologue pour gérer les sucres sanguins, un cardiologue pour gérer les maladies cardiaques, et un néphrologue pour gérer les maladies rénales. Tante Tilly sait que la chimiothérapie peut lui faire sentir horrible et les radiations peuvent être douloureuses. La domination et le transfert non critique de la consultation en éthique clinique à la maison de soins infirmiers conduirait en fait à un non-examen de nombreuses questions éthiques, car de nombreux points seraient simplement considérés comme évidents (cf. nous remercions tous les participants à ce de la recherche pour prendre le temps et partager leurs expériences et leur sagesse. Si vous suivez ses lignes principales, vous pouvez avoir l`impression que le principal problème de la vie morale consiste à résoudre les dilemmes. Son objectif est de discerner les préférences concernant le (non) traitement.

Ces cultures ont largement disparu et la reconnaissance des personnes atteintes de démence comme «personnes» est monnaie courante. Ces questions sont tout à fait profondes, voire épouvantables, philosophiques et éthiques, qui ne peuvent pas être rapidement résolues. Il est important de prendre soin de l`ensemble de la personne et de les voir comme juste cela; une personne entière, pas seulement un patient ou un diagnostic. L`idée de base de la pratique de la conversation socratique est que seulement par la sensibilisation et l`examen critique («la vie non examinée ne vaut pas la peine de vivre») de nos convictions inconscientes et demi-conscient existentielles, qui sont profondément enracinées dans nos sentiments et modèles comportementaux, nous pouvons atteindre un point où nous comprenons vraiment et vivons notre vie. Le personnel connaît-il leurs goûts et aversions, leur musique préférée, les hobbies ou quand ils aiment prendre un bain? Les soins holistiques sont une philosophie; C`est une méthode pour assurer le soin de toutes les parties d`un patient. En regardant l`histoire de la philosophie, cependant, on découvre que cette focalisation sur la morale ne comprend que la moitié de la portée éthique. Les soins infirmiers sont une profession difficile. Beaucoup de gens qui s`occupent d`êtres chers avec la démence utilisent l`approche centrée sur la personne instinctivement, sans même le réaliser, et avec de bons résultats. Le contraire est vrai: les sentiments nous laissent voir le monde sous une certaine lumière, et ils comprennent des jugements.

D`autres fois, vous rencontrez un patient ou un moment qui vous rappelle pourquoi vous êtes devenu une infirmière. Le bonheur accru se traduit par un bien-être accru. Les barrières à l`intégration ou à la collaboration du praticien habituel devraient être supprimées. Weick et Roberts 1993). Les résultats et les questions de la forme proposée des dialogues de soins sont, selon notre expérience, suffisamment simples et substantielles pour le faire.